Metá Metá

Metá Metá


Formé en 2008, Metá Metá se compose de Juçara Marçal au chant, Thiago França au saxophone et Kiko Dinucci à la guitare.

Avec 3 albums et 2 EPs à son actif, le groupe a séduit les médias par son approche nouvelle et inattendue de la musique brésilienne, qui mêle des éléments de la chanson brésilienne à de la musique africaine, jazz et rock. Profondément attachés à la culture afro-brésilienne, Marçal, França et Dinucci puisent dans les cultes afro-religieux (candomblé) d’influence yoruba, fon et bantu ; Metá Metá est d’ailleurs un mot yoruba qui signifie « les trois à la fois ».

Metá Metá appartient à la nouvelle scène musicale de São Paulo au sein de laquelle collaborent des artistes comme Romulo Fróes, Rodrigo Campos et Passo Torto. Ce collectif créatif a sorti plus de trente albums en cinq ans et travaillé avec des artistes iconiques tels que Tony Allen, Criolo, Tom Zé ou Elza Soares.

Le premier album éponyme de Metá Metá (2011) se caractérisait par un son minimaliste, avec peu d’instruments, combinant polyphonie et silences. Leur deuxième album, intitulé MetaL MetaL (2012), propose des sonorités plus radicales, à l’intersection des musiques brésiliennes, africaines, latines, free jazz, punk rock et d’avant-garde. L’album a reçu les éloges de la presse brésilienne et internationale, avec des publications dans The Guardian, The Independent, Rolling Stone, Les Inrockuptibles et Libération. Le groupe a beaucoup tourné dans son pays d’origine et joué dans divers festivals internationaux tels que Roskilde, les Transmusicales et Mawazine.

Dans son troisième album MM3, Metá Metá emprunte un nouveau chemin imprégné des cultures musicales du Maroc, de l’Ethiopie, du Niger et du Mali. Enregistré live en trois jours, MM3 est plus noir que l’opus précédent mais offre des sonorités plus flexibles, une dynamique rageuse et un sens aigu de l’improvisation, fidèle en cela à la sensation d’extase et de transe cathartique que le groupe transmet pendant ses shows.

Close 33 / 44